x 

Historique
du domaine

DU METIER DE TONNELIER A CELUI DE VIGNERON

Le Vignoble est situé dans la vallée alluvionnaire au pied du village de Pierrefeu du Var. Bénéficiaire à la fois des sédiments déposés tout au long des siècles et de l’ensoleillement privilégié de notre région, sa terre est une richesse qui se révèle au travers des différentes cuvées que nous produisons. Les parcelles, le long du Réal Martin, coulent entre les roseaux, au pied de la plaine.

Un grand cyprès, tel un mégalithe, se dressait au cœur du vignoble. Monument sombre, compagnon des paysans dans les champs, mémoire muette de la vie de générations d’hommes. Ses racines, ses branches, gardent les secrets qui peuplent la campagne alentour. Le cyprès des Kennel etait un vieux sage de mille ans, qui aurait été planté là en l’an 1002.

Il bornait peut être les angles d’un cimetière de moines. Il avait un compagnon qui est mort foudroyé dans un orage il y a une soixantaine d’années.
Les cyprès représentent un symbole d’hospitalité, un signe de bienvenue près d’une maison.

1800


Blasius

Blasius le tonnelier 5 générations au dessus de Julien Kennel, avait installé son atelier, dans les années 1800, à Arth en Suisse, la patrie d’origine de la famille, au bord du lac de Zug. Dans ces hautes montagnes alpines, on fabrique des kirsch, des eaux de vie et du vin. La tonnellerie Kennel prospère de père en fils. Aujourd’hui, Aloïs, le cousin, à Kussnacht, à une douzaine de kilomètres, fournit en tonneaux et en foudres les vignerons de Vaud, de Neuchâtel et du Tessin où se concentrent les meilleurs vignobles de Suisse.

1902


Carl-Franz
Kennel

Avant la Grande Guerre, en 1902, Carl-Franz, le troisième des 13 fils et filles Kennel, parti à l’aventure, chercher fortune, trouva l’air de La Londe-les-Maures à sa convenance. Connaissant le métier de tonnelier, il eut vite un emploi à celle du village et, quelques années plus tard, décida de se mettre à son compte.

1932


Charles-Martin
Kennel

Charles-Martin Kennel acquit en 1932 le domaine de Saint-Pierre-les-Baux. A l’origine, un prieuré de la confrérie des moines de Saint-Victor de Marseille y était édifié. Devenu bien national à la Révolution, il fut racheté par le marquis Dedons de Pierrefeu qui possédait de grandes terres agricoles. Lorsque Charles Kennel l’achète à la dernière fille du marquis, les vignes sont mangées par les herbes folles, les bâtiments sont à l’abandon. Charles-Martin se met alors à le reconstruire. Les premières plantations datent de 1936 et ont donné encore il y a quelques millesimes d’excellentes cuvées de rouge.

1951


Noël & Jeannette
Kennel

Noël KENNEL , l’ainé de ses fils poursuivait des études de génie mécanique lors que la guerre éclata. Tous les plans furent changés, particulièrement lorsqu’il fallu partir aux chantiers de jeunesse en 1941. A son retour, travaillant sur la Londe, il rencontra Jeannette et fonda un foyer en 1943. A la libération, il n’était plus possible de reprendre les études d’ingénieur, il décida d’apprendre à travailler la vigne dans un magnifique domaine londais : le Clos Mireille de la famille Ott. En 1951, Noël et Jeannette décident avec l’accord familial de quitter La Londe et de s’installer à Pierrefeu pour jouer leur chance en se mettant à leur compte. C’est la Naissance du VIGNOBLE KENNEL. Durant les 3 premières années, la vinification part dans des bombonnes livrées en carrioles sur les Alpes-Maritimes comme vin de bistrots. Tout doucement, l’idée de faire sa propre marque se concrétise et la première bouteille sort en 1954.
Petit à petit la qualité de vinification de Noël et le sens commercial de Jeannette permirent au vignoble d’avoir l’essor qu’ils escomptaient pour les années qui suivirent.

40 ans de production


pour Noel et Jeannette

Petit à petit la qualité de vinification de Noël et le sens commercial de Jeannette permirent au vignoble d’avoir l’essor qu’ils escomptaient pour les années qui suivirent.

1990


Charles
Kennel

Au début des années 90, Charles Kennel prit la direction de l’entreprise dans laquelle il travaillait depuis toujours. Jeannette et Noël se retirèrent pour une retraite nécessaire. Dès lors, avec sa femme, Charles commença la transformation indispensable des équipements en caves pour vinifier des rosés plus actuels, notamment grâce au contrôle des températures, à la séparation des éléments verts et des pressurages sous pression contrôlée.
Il se mit également en quête de terres AOC pour atteindre une taille critique, pour une société de son temps des années 90 – 2000.

2005


Julien
Kennel

Charles à présent en retraite, Julien son fils a repris la direction de l’entreprise familiale pour l’emmener dans son temps tout en gardant la tradition des gestes et des vinifications.
Poussé par l’âge des vignes, une campagne de replantation de longue haleine a commencé il y a 10 ans maintenant pour rééquilibrer l’encépagement vers une plus grande production de rosé, grande fierté du bassin de production Provence. Mais aussi un minutieux travail de rafraichissement de vieilles vignes pour qu’elles continuent à puiser au plus profond de leur équilibre végétal, fournir des raisins mûrs et concentrés et aboutir à des rouges soyeux et sur le fruit. Les blancs, fierté du domaine depuis les années 60, ont été revisités pour continuer à servir les plus grandes tables de la côte Hyéroise.

2015


MIREILLE KENNEL

Pour continuer dans la pure tradition familiale, Mireille KENNEL, épouse de Julien intègre le groupe pour son sens commercial et relationnel. Elle développe l’aura du vignoble au delà des régions et construit un réseau de distribution solide nécessaire en ces temps incertains.
Le vignoble, bien sur ses bases avance avec une équipe complète et solide.